Jump to content

Gandalf

Membres FAQ-Drone
  • Content Count

    419
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

Gandalf last won the day on September 28

Gandalf had the most liked content!

About Gandalf

  • Rank
    super voltigeur

Profile Information

  • Genre
    Non Dit

Recent Profile Visitors

744 profile views
  1. Bonjour Denis, Il y a deux points réglementaires au apparaissent au travers de ce que vous nous dites. Le premier est que un drone, utilisé en "vol loisir", ne peut utiliser son dispositif de prise de vues que dans un cadre récréatif, et les images obtenues ne peuvent sortir du cercle privé. Pour réaliser ce type d'image (images d'un toit endommagé), il faut faire appel à un télépilote professionnel qui réalisera un vol en "Activité Particulière". Cela permet d'utiliser les images obtenues à des fins autres que le loisir. Donc, sur ce premier point, vous n'avez réglementairement pas le droit de réaliser ces prises de vues, et réglementairement pas le droit de les diffuser à votre assurance. Le deuxième point concerne ce que vous a dit votre voisin, qui n'a pas forcément raison. En effet, il n'est pas interdit de réaliser des images dans lesquelles apparaissent une propriété privée autre que la votre. Ce qui est interdit, c'est de capter des images d'une personnes se trouvant dans un lieu privé sans avoir obtenu son accord (ce qui veut dire que vous voulez filmer/photographier spécifiquement cette personne =>violation de vie privée). Si il n'y a pas violation de vie privée, le propriétaire doit alors PROUVER que votre prise de vue lui apporte un préjudice particulier (présence de la voiture de sa maitresse sur les lieux par exemple...). Mais si il ne peut pas justifier le préjudice, pas de problème pour que des propriétés privées apparaissent sur vos images. Au final, votre voisin se trompe sur ses arguments, mais par contre vous n'êtes pas dans les clous concernant les images de votre toiture.
  2. Le problème, c'est que les restrictions imposées par les zones R , D et P sont à destinations de tous les aéronefs, sans distinction. Et un drone est un aéronef.
  3. Tu sais, cette merde impacte aussi l'aviation générale (aviation de loisir, parapente, montgolfières, ....). Et eux ne pestent pas autant que les télépilotes. Ils appliquent ce qui est prévu, et se renseignent sur l'activité des zones. Je ne comprend pas pourquoi les télépilotes drones râlent autant (ou alors largement plus que les autres).
  4. Bonjour, La nouvelle grosse zone rouge qui est apparue il y a quelques mois sur Géoportail, c'est celle-ci ; Suite a son apparition, des protestations sont immédiatement apparues un peu partout sur la toile avec levers de boucliers. Il faut savoir que cette zone existait depuis un moment, mais la cartographie de restriction drones n'avait pas encore été mise à jour. Mais pas de panique, cette grosse zone rouge n'est pas si impactante que cela :-) Il suffit juste de s'y intéresser pour le comprendre. 1/ A quoi sert cette zone ? Cette zone ("Zone Centre"), qui dans les fait contient plusieurs zones R (les R368), est une zone activable selon des horaires précis et publiés à l'avance. Elle est au profit des Armées afin de réaliser des scénarios d'entrainement tactiques complexes pour les avions de chasse. Et lors de ces scénarios tactiques, les équipages étant très absorbés par la réalisation de leur mission d’entrainement, ceux-ci ne peuvent pas assurer de manière optimale la surveillance du ciel. De plus, la présence d’aéronefs extérieurs pourrait venir perturber le déroulement du scénario. Quand cette zone n'est pas active, elle n'est plus rouge dans les faits, et les drones (et autres usagers de l'espace aérien en général) peuvent y circuler librement. Et On peut aussi y trouver des avions de chasses qui s'entrainent lors de son inactivité, mais les scénarios qu'ils réalisent dans ce cas là sont d'une complexité leur permettant d'assurer la surveillance du ciel. Plus d’informations sur cette zone en consultant l'AIC A 10/19 disponible sur le site du SIA : https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr/pub/media/store/documents/file/l/f/lf_circ_2019_a_010_fr.pdf Rappel : les R368 constituant la zone centre sont par définition des "zones R", zones qui sont interdites de vol aux drones par l'article 4-2 de l'arrêté du 17 décembre 2015 relatif à l'utilisation de l'espace aérien par les aéronefs qui circulent sans personne à bord, modifié en avril 2020 : 2/ Comment savoir quand je peux voler dans cette zone ? Comme indiqué ci-dessus, cette zone est, dans les faits, rarement rouge. Certains usagers de drones le comprennent difficilement, car quand ils regardent les cartographie relatives aux drones (Géoportail / Drone spot / GéoDrone/ Mach7 / Airmap / DroneKeeper /...), celle-ci est toujours rouge. En fait, les systèmes de cartographie n’intégrant pas encore le facteur temporel, ils affichent par défaut une situation où toutes les zones sont actives (zones R, Zones D, RTBA, SETBA, ....), alors que dans la réalité, ce n'est pas le cas. Concernant la zone centre, il faut donc aller sur le site du SIA : https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr/ Là, il faut cliquer sur "Préparation du vol", puis sur "Zone Centre" : Ensuite, il faut cliquer sur "Zone Centre calendrier" : Le calendrier des créneaux d'activation des zones centres (les R368) s'ouvre en PDF : En zoomant, ça donne ceci. Chaque jour de la semaine est découpé en slots horaires de 15 minutes. Quand la zone centre est active, des lettres sont insérées dans ces slots de 15 minutes (A/B/C/D) : les lettres A, B, C, ou D indiquent chacune que les = R368A + R368B + R3698C1 sont actives (il y a d'autres zones, mais je ne fais apparaitre ici que celles qui impactent les vols de drones) Donc, concernant les drones, c'est simple ! Car quelle que soit la lettre, toute la zone centre est interdite : Et voici une représentation graphique de ces zones (comme indiqué au-dessus, pour les drones, il faut considérer ces 3 zones comme une seule et unique zone) : On peut donc voir qu'en ce moment, cette zone n'est pas active tous les jours, et quand c'est le cas, c'est 2 heures dans la journée (exceptionnellement 3 heures). A savoir que le mois de septembre est un mois assez intense concernant cette zone. Ce sera aussi le cas en octobre, et ça se calmera ensuite. Et quand la zone centre n'est pas active, cela nous donne ceci (en bleu : les SETBA qui imposent un plafond à 50m de hauteur pour les drones de plus de 900gr, et de 150m pour les drones de moins de 900gr (chose qui devrait changer au 01/01/2021 pour un unique plafond à 50m de hauteur quand ces secteurs seront actifs) ; En rouge les zones interdites ; Les bandes colorées = les aérodromes, comme sur Géoportail). Enfin, il est utile de préciser que cette "zone centre" (les R368) n'est ni un RTBA, ni un secteur SETBA. Ce sont 3 choses différentes, qui ont une réglementation et une utilisation différente. Les secteurs SETBA sont visualisables en bleu hachuré dans les copies d'écran du dessus. Le RTBA, pour donner une idée, est représenté en bleu ci-dessous :
  5. En fait, c'est quelque-chose que je ne prends pas au second degré, ayant moi-même été témoin en vol d'un OVNI (et on a été 2 paires d'yeux à le voir en même temps au même endroit), proche de nous, avec une cinématique de dingue (en tout cas, une cinématique inconnue et impossible pour un engin "Terrien"). Le problème, c'est que je ne crois pas aux soucoupes volantes... Pour le "ce n'est jamais le cas", je voulais dire que cela n'est jamais arrivé (on n'en a jamais eu la preuve formelle, ou la certitude, sinon cela aurait changé notre vie, à nous, pauvres Terriens. De plus, cela tournerait en boucle sur les chaines TV). Il n'y a que des gens qui affirment avec force en avoir déjà vu (la plupart du temps, il y a eu une explication rationnelle au phénomène observé), mais il n'y a jamais rien de factuel, d'officiel, de prouvé. Il n'y a eu que des OVNI d'officiellement observés, et jamais de soucoupe volante. Mais peut-être que, quelque-part, au fond de la zone 51, une poignée de personnes savent que cela existe, mais dans ce cas le secret reste bien gardé, et aux yeux du monde, pour l'instant, un OVNI n'a jamais été officiellement une soucoupe volante. Ça n'a donc "jamais été le cas" (pour l'instant). Pour imager, c'est un peu comme le Dahut ou le monstre du Loch Ness... Il n'a jamais été officiellement observé, mais des gens y croient, et certains, hurluberlus ou non, affirment sans aucune preuve reconnue l'avoir déjà vu...
  6. C'est l'inverse, car c'est l'absence de conclusion qui permet de dire que c'est un OVNI. Si on savait ce que c'était (un avion, un drone, un oiseau, ou une soucoupe volante par exemple), ce ne serait plus un OVNI. Un OVNI, par définition, on ne sait pas ce que c'est. Ça peut être tout et n'importe quoi. Donc, pas besoin de demander l'avis du GEIPAN ici pour pouvoir affirmer avec certitude que c'est bien à un OVNI que nous avons affaire sur cette photo, car contrairement à ce que pensent la majorité des gens, un OVNI n'est pas FORCEMENT une soucoupe volante. C'est d'ailleurs jamais le cas.
  7. Tant que l'on ne sait pas ce que c'est, c'est un OVNI à 100%.
  8. Bonjour, Vous êtes obligé de passer par un centre de formation pour l'aspect pratique. Celui-ci vous fournira une attestation de suivi de formation qui est obligatoire. Ci-dessous un extrait du guide DGAC : "A l’exception des télépilotes d’aérostats captifs, le télépilote doit détenir une attestation de suivi de formation. Le télépilote ne peut pas assurer sa propre formation pratique. L'attestation de suivi de formation est délivrée par l’organisme de formation qui assure la formation pratique basique pour le ou les scénarios considérés, après vérification de l'acquisition des compétences pratiques mentionnées à l'annexe II de l’arrêté Formation du 18 mai 2018. Elle mentionne le ou les scénarios pour lesquels la formation a été délivrée."
  9. C’est tout à fait ça. Par contre, je précise que le texte mentionné plus haut n’a rien d’officiel. C’est un guide qui n’a aucune valeur juridique ni réglementaire.
  10. Ce texte est très mal compris par la plupart des gens (la preuve). Ce qu’il faut comprendre, c’est que pour voler DANS un espace privé il faut l’autorisation du propriétaire. Pour voler AU-DESSUS de l’espace privé, il n’y a pas besoin de l’autorisation du propriétaire. Voler DANS l’espace privé, cela veut dire décoller ou se poser depuis cet espace privé. Voler AU-DESSUS de l’espace privé ne signifie pas forcément un décollage ou un atterrissage depuis cet espace, et il n’y a donc pas besoin de l’autorisation du propriétaire.
  11. Bonjour, Il n’y a pas d’autorisation à demander aux propriétaires pour survoler leur espace privé. En théorie, il te faut uniquement leur autorisation pour décoller ou te poser depuis leurs terrains. Mais si tu décolles et te poses depuis l’espace public (une route par exemple) pour survoler de l’espace privé, c’est bon. Ensuite, la réglementation veut que ces survols se fasses sans « entraver l’exercice du droit du propriétaire » (cad le gêner quoi...). Au-dessus d’un champs, tu ne devrais pas gêner grand monde. Enfin, si tu fais des prises de vues, tu dois t’assurer de ne pas entraver la vie privée du propriétaire. Là encore, au-dessus d’un champs, il n’y a pas trop de risques à ce sujet. Donc, en pratique, tu peux survoler légalement des champs sans demander aux propriétaires. Tiens juste compte de ce que j’ai écrit au-dessus. Bons vols !
  12. Bonjour, C'est exactement ça. Tu peux voler dans la zone rouge des RTBA (zones R) à partir du moment où elle n'est pas active (car la zone R n'existe pas à ce moment là). L'information de cette activité se trouve tous les jours pour le lendemain sur le site du SIA.
  13. En agglomération, tu peux tout à fait voler au-dessus de l'espace privé. La réglementation ne t'impose pas de hauteur max (si ce n'est les 150m). Par contre, il faut adapter son vol (vitesse, distance et hauteur par rapport aux obstacles) de manière à réduire au maximum le risque de provoquer des dégâts aux biens ou aux personnes, y compris en cas de panne (perte de liaison par exemple). Si ton terrain fait 7500m², cela te laisse théoriquement une bonne marge de hauteur. Cette hauteur, c'est à toi de l'estimer (fonction de ton terrain, des obstacles, et de ton habilité à piloter). Enfin, il faut rester conscient que même si tu prends toutes les précautions du monde, et que même si tu ne voles pas haut et pas vite, si tu provoques un accident avec de la casse autre que ton drone, tu seras forcément responsable.
  14. Alors attention, cette carte DJI n'a rien d'officiel et rien de légal, et ne représente pas la réalité des espaces aériens interdis aux drones. Elle montre uniquement les NFZ définies par DJI, et qui peuvent t'interdire de voler. Si tu veux voir la carte avec les espaces aériens dans lesquels tu n'as légalement pas le droit de voler, il faut que tu ailles sur Géoportail.
  15. En effet, il n'y a aucune réglementation "aérienne" qui s'applique en intérieur (cela comprend les arrêtés de 2015 concernant les drones).
×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.